MSP : 6 questions auxquelles votre sauvegarde doit répondre

sauvegarde

Auteur : Chloé

30 juin 2021

Lorsqu’il s’agit de sauvegarder les données de leurs clients, les MSP ne peuvent pas se permettre de perdre du temps à chercher des solutions de secours ou à travailler sur des procédures complexes pour que les sauvegardes se déroulent aussi bien et efficacement que possible. En tant qu’expert MSP, nous vous présentons les 6 questions fondamentales que vous devriez vous poser en matière de sauvegarde pour vous aider à optimiser votre temps et votre argent.

1 – Comment effectuer des sauvegardes régulières directement dans le cloud ?

Les fichiers peuvent être très volumineux, ce qui rend la sauvegarde dans le cloud longue et inefficace. Les systèmes informatiques étant de plus en plus transférés vers le cloud, les MSP doivent trouver un moyen de déplacer moins de données pour leurs clients. Cela signifie qu’ils ont besoin d’une sauvegarde plus efficace, conçue pour le cloud en tenant compte de ce défi spécifique. Par exemple, vous ne pouvez pas travailler avec des sauvegardes qui n’utilisent pas de techniques de compression et de suivi des modifications. Vous pouvez essayer une sauvegarde basée sur un dispositif, mais qui sera bientôt obsolète, que vous devrez mettre à niveau et qui risque de tomber en panne.

Une solution « cloud-first » permet de se passer de ces appareils encombrants, de réduire le volume des ensembles de données et de transférer ces données directement dans le cloud (en supprimant les appareils intermédiaires).

2 – Sauvegardez-vous des données dont vous n’avez pas besoin ?

Il y a beaucoup de fichiers dont vous n’avez pas besoin pour la récupération. Il existe une clé de registre présente sur toutes les machines Windows qui définit les fichiers que Microsoft vous recommande de ne pas sauvegarder. Microsoft indique également qu’il n’est pas nécessaire de sauvegarder les fichiers Internet temporaires ou la corbeille.

C’est une bonne initiative, car tout ce qui réduit le nombre de fichiers à sauvegarder rend la sauvegarde plus efficace. Mais cela est-il suffisant ? Par exemple, lorsque Microsoft évoque les fichiers Internet temporaires, cela ne concerne que IE et Edge, mais pas Safari, Chrome, Firefox ou les antivirus tiers, qui créent tous une multitude de fichiers cache. En outre, si vous disposez d’un système de gestion des correctifs, celui-ci téléchargera également de nombreux fichiers temporaires.

sauvegarde

Pour une sauvegarde efficace, vous devez être en mesure de supprimer rapidement et facilement ces fichiers de votre liste de sauvegarde, car si vous réduisez le nombre de fichiers que vous sauvegardez, vous êtes au final plus efficace et vous sauvegardez plus intelligemment.

3 – En cas de panne, avez-vous un accès rapide à une machine virtuelle restaurée ?

La réponse est oui. Et vous pourriez penser que vous avez besoin d’une application pour cela, mais ce n’est pas le cas si votre solution de sauvegarde est conçue pour le cloud. La façon la plus courante de procéder consiste à maintenir automatiquement une machine virtuelle de secours à partir de vos sauvegardes afin de pouvoir restaurer rapidement une machine virtuelle. Cette technique permet à vos techniciens d’être prêts à intervenir sans avoir à dépenser votre budget dans une machine.

4 – Peut-on facilement restaurer des données sur un serveur alors que le système d’exploitation fonctionne ?

Effectuer une restauration sur un serveur actif peut être un peu délicat, car cela peut créer des encombrements et compromettre l’expérience des utilisateurs. Pour éviter d’avoir un impact sur les performances du réseau, voici 2 démarches à suivre.

  • Assurez une utilisation efficace de la bande passante disponible. Accélérez la récupération des données en ne transmettant que les groupes de données modifiés ou manquants (et en réutilisant tous les bons groupes de données sur la machine de production).
  • Vous avez besoin du processus le plus rapide pour récupérer les données, qu’il s’agisse d’une copie compressée des données dans le cloud ou sur un périphérique local.
sauvegarde

Pouvez-vous parcourir des fichiers et lancer des restaurations directement depuis votre console ? Pouvez-vous choisir des points spécifiques dans le temps pour obtenir la bonne version (y compris les points d’archivage) ? Pouvez-vous rechercher des données sur la base du nom du fichier pour restaurer des fichiers spécifiques (lorsque l’utilisateur ignore son emplacement) ?

Toutes ces éléments vous permettront de trouver rapidement des données spécifiques et de ne restaurer que les données sélectionnées, afin d’impacter le moins possible vos clients et leurs utilisateurs.

5 – Devez-vous vous préoccuper de l’ajout de sauvegardes à haute fréquence ?

De nombreux MSP n’effectuent pas de sauvegardes régulières car ils pensent que cela va réduire les performances Internet sur le site du client. En réalité, cette réticence découle principalement des taux de modification très inefficaces de la sauvegarde d’images. En revanche, une sauvegarde de type « cloud first » envoie environ 50 fois moins de données que la sauvegarde d’images. Ainsi, au lieu de déplacer des gigaoctets, vous ne déplacerez que quelques mégaoctets de données. Cela signifie que vous pouvez effectuer des sauvegardes toutes les 15 minutes et que cela n’aura aucune incidence sur les performances Internet.

Mais qu’en est-il des grands volumes de données comme la sauvegarde initiale d’un serveur ? Votre solution de sauvegarde doit intégrer une limitation des performances facile d’accès qui vous permet de restreindre l’utilisation de la bande passante pendant les heures de pointe, puis de la libérer lorsque le réseau est moins sollicité.

La combinaison de ces 2 approches vous permettra de ne pas nuire aux performances Internet de vos clients et de ne pas compromettre l’expérience des utilisateurs.

6 – Comment la sauvegarde « cloud-first » peut-elle gérer une base de données MS SQL de 100Go ?

Une solution de sauvegarde « cloud-first » n’a pas besoin d’attendre de sauvegarder la totalité des 100 Go à chaque fois. En effet, elle prend simplement un instantané cohérent de la base de données et suit ensuite les modifications au niveau des blocs. Bien entendu, il existe des nuances en fonction des applications utilisées. Même en utilisant une base de données MS SQL de 100 Go, certaines envoient 100 mégaoctets, d’autres 5 gigaoctets. Cela dépend davantage de l’application, et non de la solution de sauvegarde. En fin de compte, de grands ensembles de données peuvent fonctionner sans problèmes via une solution de sauvegarde « cloud-first » utilisant les bonnes méthodes.

Si vous recherchez une solution de sauvegarde qui peut relever ces défis de manière efficace, vous pouvez tester gratuitement N-able Backup ou faire l’expérience de la solution lors d’un webinaire gratuit. Watsoft vous accompagne également dans le développement de votre modèle de services managés – MSP. Si vous avez des questions, contactez-nous au 05.56.15.01.01 ou sur ventes@watsoft.com

Source : Traduction de l’e-book rédigé par N-able, 6 questions your backup needs to answer

– Articles recommandés

Quel MSP êtes-vous en 2021 ?

Quel MSP êtes-vous en 2021 ?

Le modèle MSP est devenue une ressource cruciale pour les entreprises. Avec l'apparition du COVID-19, cette situation...

0 commentaires