7 erreurs à éviter lors du transfert des machines virtuelles vers le Cloud

cloud

Auteur : Chloe

18 mai 2020

Ces derniers temps, de plus en plus d’entreprises qui n’ont pas fait le saut vers le Cloud envisagent cette possibilité. Les cadres supérieurs commencent à voir des statistiques qui montrent que les entreprises qui utilisent le Cloud évoluent plus rapidement et obtiennent de meilleurs résultats que leurs concurrents. Cependant, le transfert des charges de travail vers le Cloud a historiquement mal tourné pour de trop nombreuses entreprises. Voici 7 erreurs, sans ordre particulier, à surveiller lors du transfert des charges de travail de machines virtuelles vers le Cloud public.

1. Imiter l’infrastructure sur site dans le Cloud

L’une des erreurs les plus courantes commises par les professionnels de l’informatique lors de la conception de leur infrastructure dans le Cloud est d’essayer de copier leur environnement sur site dans sa conception. Cela est principalement dû à un manque de compréhension du Cloud.

Cependant, les concepts d’infrastructure dans le Cloud ne sont pas les mêmes que ceux de l’environnement traditionnel sur site. Prenons par exemple la haute disponibilité. La haute disponibilité ne va pas être la même que sur site. Quelqu’un d’autre héberge actuellement le matériel et ce matériel devra être mis à jour et redémarré dans le cadre de sa maintenance opérationnelle. C’est pourquoi la plupart des Cloud recommandent au moins deux machines virtuelles pour les applications qui doivent être à haute disponibilité. Certains concepts comme celui-ci, qui sont assez simples dans le monde traditionnel de vSphere, ne sont pas les mêmes dans l’espace public Cloud et doivent être pris en compte.

2. Ne pas prévoir les dépenses dans le Cloud

De nombreuses entreprises n’ont pas de politique de gestion des coûts tant qu’elles ne sont pas accablées par de grosses factures. Avec le Cloud vient une nouvelle dynamique, dont l’une est l’état d’esprit « payez pour ce que vous utilisez ». C’est une façon de penser différente de la façon traditionnelle d’acheter tout votre stockage, de calculer à l’avance et d’exécuter autant de charges de travail qu’il est possible de gérer sans aucun soin. Dans le Cloud public, payer pour l’informatique et le stockage est comme payer une facture de service public. Si vous laissez le robinet ouvert, vous recevez une grosse facture d’eau à la fin du mois. Les entreprises doivent maintenant être conscientes de ce qu’elles utilisent dans le Cloud. Cela signifie peut-être que votre environnement de développement s’arrête automatiquement pendant la nuit et le week-end. De nombreux Cloud publics commencent maintenant à offrir des moyens de gérer les dépenses dans le Cloud où ils peuvent empêcher certaines équipes de fournir des machines virtuelles de taille importante qui sont très coûteuses. Avoir un plan pour gérer les coûts AVANT de migrer vers le Cloud est un facteur clé pour réussir.

3. Déplacer les charges de travail directement vers l’IaaS

De nombreux experts du Cloud vous le diront, déplacer vos charges de travail d’un site à un service public IaaS (Infrastructure as a service) ce n’est pas vraiment utiliser le Cloud. Il s’agit simplement de stocker vos machines virtuelles dans le centre de données de quelqu’un d’autre. Suivre cette voie finit généralement par coûter plus cher.

Pour vraiment profiter du Cloud, cherchez des moyens de migrer les charges de travail vers des offres de Cloud autres qu’IaaS. Par exemple, envisagez de migrer les serveurs SQL ou Web vers le PaaS (Platform as a Service ). Si le PaaS est trop contraignant pour votre environnement, examinez les conteneurs.

Beaucoup de gens ne réalisent pas les économies réalisées sur les licences de systèmes d’exploitation en utilisant des conteneurs. Parlez avec vos fournisseurs et voyez s’ils sont prêts à exécuter leur application sur Docker (logiciel libre permettant de lancer des applications dans des conteneurs logiciels). Un passage direct à l’IaaS dans le Cloud ne devrait être envisagé qu’en dernier recours. Si vous avez des contraintes de temps et que vous avez besoin d’un endroit pour héberger les charges de travail des machines virtuelles le plus rapidement possible, jetez un coup d’œil à certaines des solutions pour machines virtuelles hébergées sur AWS ou Azure. Ces offres vous permettent de migrer facilement des charges de travail tout en utilisant vos compétences en VMware pour les gérer. Cette solution sera coûteuse, mais elle peut vous faire gagner du temps en attendant qu’une véritable solution de Cloud soit prévue.

4. Se précipiter vers le Cloud

De nombreuses entreprises pensent qu’elles peuvent rapidement transférer leurs charges de travail dans le Cloud. Il est facile de déployer une infrastructure et les outils de migration pour déplacer les machines virtuelles dans le Cloud fonctionnent vraiment bien. Cependant, il faut encore beaucoup de planification. Il faut prévoir la sécurité et la gouvernance, ainsi que la haute disponibilité. Les compétences des employés doivent être prises en considération. Oui, il est simple de créer un réseau dans le Cloud et de le connecter à un VPN sur site, puis de commencer immédiatement à faire migrer les machines virtuelles à l’aide d’un outil. Cependant, ce n’est pas la bonne façon de procéder et cela entraînera toutes sortes de problèmes à l’avenir. Lorsque vous transférez des charges de travail vers le Cloud, assurez-vous de prendre le temps de bien planifier.

5. Oublier les coûts de la bande passante

La bande passante est généralement laissée de côté lorsque l’on utilise les outils de migration standard Azure ou AWS qui analysent les coûts. Pour vous protéger de toute surprise, assurez-vous de connaître votre utilisation totale de bande passante chaque mois.

La plupart des Cloud publics facturent à la sortie, ce qui signifie qu’ils vous factureront le trafic sortant du Cloud. Cela peut également entrer en jeu pour les réseaux entre deux régions qui sont toutes deux dans le Cloud. Veillez à faire vos devoirs sur les coûts estimés de la bande passante AVANT de migrer les charges de travail. Ne vous concentrez pas uniquement sur les zones de calcul et de stockage.

6. Passer au multi-Cloud avant d’en maîtriser un

Le multi-Cloud commence à devenir une pratique courante, en particulier dans le monde des entreprises. Ne commettez pas l’erreur de consommer plus de Cloud que vous ne pouvez en gérer. Devenez d’abord efficace avec un seul, puis envisagez une stratégie multi-Cloud. Les Cloud publics sont différents de ce que nous avons connu avec les technologies traditionnelles sur site. Ils changent et évoluent rapidement comme jamais auparavant dans le monde des technologies de l’information. Il est très difficile d’apprendre et de se tenir à jour sur un seul fournisseur. L’introduction d’un deuxième en même temps causera de nombreux problèmes.

7. Ne pas faire appel à des consultants

Comme je l’ai dit plus haut, l’espace public des Cloud est difficile à apprivoiser Ce n’est pas parce que vous faites de l’informatique depuis dix ans que vous pouvez « faire avec » et créer des charges de travail en toute sécurité sans mettre votre entreprise en danger. 

Il s’agit d’un ensemble de compétences différentes et, dans certains cas, on a l’impression de réapprendre l’informatique. Les technologies de l’informatique en Cloud étant si nouvelles, n’ayez pas peur de faire appel à des consultants pour vous aider à démarrer. Cela vaut la peine de faire appel à un expert pour s’assurer que vous n’exposez pas quelque chose au public  qui pourrait mettre en danger votre environnement.

Les avantages du Cloud computing sont nombreux et c’est une période passionnante pour les technologies de l’information en ce moment. Si vous prévoyez de migrer des charges de travail vers le Cloud, assurez-vous de cocher toutes vos cases. Ne faites pas les mêmes erreurs que de nombreuses entreprises ont commises par le passé. Prenez votre temps et planifiez en conséquence, en gardant à l’esprit l’optimisation des coûts. N’oubliez pas qu’un déplacement vers l’IaaS doit être considéré comme un dernier recours pour les charges de travail.

Sauvegarde des machines virtuelles 

Altaro VM Backup est une solution rapide et performante pour la sauvegarde et la restauration des machine Hyper-V et VMware, spécialement conçue pour les PME. Altaro offre des fonctionnalités puissantes et simples d’utilisation dans un tableau de bord unique.

  • Sauvegarde à chaud – pas de temps d’arrêt pendant les sauvegardes.
  • Dé-duplication et compression efficace des données.
  • Altaro Offsite Server : externalisation des données.
  • Restauration granulaire de fichiers et d’éléments Exchange.
  • « Boot from backup » pour une reprise d’activité instantanée.

Vous souhaitez en découvrir davantage sur la sauvegarde et restauration de machines virtuelles ? Découvrez la solution Altaro et l’ensemble de ses fonctionnalités sur notre site web. Si vous avez des questions supplémentaires, vous pouvez nous contacter : 05 56 15 01 01 ou  ventes@watsoft.com.

Source : Traduction de l’article rédigé par Altaro, 7 Common Mistakes You Must Avoid When Moving VMs to the Cloud

– Articles recommandés

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter
LinkedIn
Share